Deutsch Politik Geschichte Kunst Film Musik Lebensart Reisen
English Politics History Art Film Music Lifestyle Travel
Français Politique Histoire Arts Film Musique Artdevivre Voyages

Index  Advertise  Werbung  Links  Feedback
© Copyright www.cosmopolis.ch  Louis Gerber  All rights reserved.

La Palestine d'Abbas et Haniyeh dans l'impasse
Article du 28 février 2007

Le Hamas et le Fatah ne se querellent pas seulement verbalement. De temps à autre, ils passent à des actes armés les uns contre les autres. La Palestine de Abbas et Haniyeh est dans l'impasse. Les chefs des deux partis clefs du pays essaient de trouver un terrain d'entente, mais sur le bazar politique, le marchandage et le troc prennent parfois des allures bizarres.

Le chef du Hamas, Haniyeh, semble toujours garder l'illusion de pouvoir être reconnu par l'Ouest et l'Etat d'Israël sans pour autant formellement reconnaître l'Etat hébreu et son droit d'exister. De plus, Haniyeh n'a pas accepté les accords existants entre Palestiniens et Israéliens et renoncé complètement à la violence. Aussi longtemps que ces trois conditions ne sont pas réunies, une entente au Proche-Orient reste une illusion.

Personne ne s'attendait à ce que Haniyeh passe du postulat de la destruction de l'Etat juif directement à la reconnaissance de son ennemi héréditaire. Mais il a maintenant eu une année de réflexion, sans pour autant modifier sa position.

Il est temps que le Hamas réalise que cette attitude ne permet pas de rompre l'isolement international dans lequel il se trouve. De plus, l'intransigeance du "mouvement de résistance islamique" crée des tensions entre les Palestiniens eux-mêmes. La population est divisée entre les extrémistes du Hamas et les corrompus du Fatah. Considérant que beaucoup de Palestiniens ont grandi dans des camps et/ou vivent dans la misère, sont au chômage et n'ont aucune perspectives, il est facile de s'imaginer que ce pays ne supportera plus longtemps l'isolement économique et politique. La situation est intenable. Des conflits armés et ouverts de grande envergure ne sont plus exclus.

Il est temps que le Hamas et Haniyeh se reprennent et fassent preuve de flexibilité et de pragmatisme, qualités qui les distinguent souvent dans la vie quotidienne et qui les a menés à la victoire aux urnes. Si le Hamas n'arrive pas à passer d'un groupe terroriste vers un parti politique qui sait satisfaire les besoins de ses électeurs, il échouera. En même temps, le Fatah doit se renouveler et se séparer des éléments corrompus et incapables, ce qui est facile à dire, mais difficile à mettre en oeuvre.

Si l'on ajoute à cette situation désolante l'attitude souvent peu constructive du Premier israélien Olmert, on voit mal comment Abbas et Haniyeh arriveront à sortir la Palestine de l'impasse.

Après la menace du président Abbas d'organiser des élections anticipées, les chefs du Hamas et du Fatah se sont mis d'accord à La Mecque en début de février 2007 sur la création d'un gouvernement d'union nationale. Cependant, la route vers l'établissement d'un exécutif et d'un programme acceptés par les deux partenaires est encore loin.

Haniyeh a l'illusion de pouvoir faire reconnaître le Hamas comme membre d'un gouvernement d'union nationale sans devoir remplir les conditions du Quartette "Moyen-Orient" (Etats-Unis, Union européenne, Russie et Nations unies). Abbas y voit la possibilité de renforcer sa position, de partiellement regagner la direction du gouvernement et d'éviter la menace d'une guerre civile. Les motivations et les objectifs des deux partenaires principaux en Palestine divergent encore trop, sans parler de l'abîme qui sépare le Hamas d'Israël.

Le 27 février 2007, le chef politique du Hamas Khaled Mechaal a déclaré à Moscou au ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov que son mouvement n'était pas prêt à reconnaître Israël. Il exige au préalable la fin de l'occupation du territoire palestinien par Israël. "Quand Israël fera cela, les Palestiniens prendront une position claire", ajouta Mechaal. On peut y voir une position flexible qui pourrait plus tard ouvrir la porte à la reconnaissance. Selon Mechaal et Lavrov, le Hamas est maintenant prêt à négocier avec Israël et à arrêter les attaques contre Israël. Mais ce n'est pas ce que le Quartette exige, et ce qui compte au Moyen-Orient comme ailleurs, ce ne sont pas les déclarations, mais les actes.

Livres au sujet de la Palestine chez Amazon.fr





Deutsch Politik Geschichte Kunst Film Musik Lebensart Reisen
English Politics History Art Film Music Lifestyle Travel
Français Politique Histoire Arts Film Musique Artdevivre Voyages

Index  Advertise  Werbung  Links  Feedback
© Copyright www.cosmopolis.ch  Louis Gerber  All rights reserved.