Deutsch Politik Geschichte Kunst Film Musik Lebensart Reisen
English Politics History Art Film Music Lifestyle Travel
Français Politique Histoire Arts Film Musique Artdevivre Voyages

Index  Advertise  Werbung  Links  Feedback
© Copyright www.cosmopolis.ch  Louis Gerber  All rights reserved.

Guerre civile entre le Hamas et le Fatah
Abbas limoge Haniyeh qui refuse de quitter le gouvernement d'unité nationale

Article du 15 juin 2007


Le 14 juin 2007, le Président palestinien Mahmoud Abbas a limogé son Premier ministre Ismaël Haniyeh qui a son tour refuse de quitter le gouvernement d'union nationale. Haniyeh dénonce la "décision hâtive" de dissoudre le gouvernement et de décréter l'état d'urgence. Haniyeh veut continuer de travailler avec le Fatah. Il rejette également l'idée d'un Etat palestinien séparé dans la Bande de Gaza sans la Cisjordanie. En plus, Haniyeh a promis de rétablir l'ordre dans la Bande de Gaza et a appelé à en finir avec la violence.

Ses paroles sont assez cyniques si l'on considère que c'est le Hamas de Haniyeh qui a pratiquement chassé le Fatah de Gaza dans une guerre civile sanglante. Le Fatah quant à lui contrôle largement la Cisjordanie.

Le Président Mahmoud Abbas - qui n'a pas la réputation de prendre des décisions hâtives, mais bien au contraire, celle d'un petit Hamlet
qui ne sait pas décider à temps - a finalement conclut que le temps du gouvernement d'union nationale était révolu.

Cette coalition entre frères ennemis était le fruit du besoin du Hamas de sortir de son isolement international et de la volonté du Fatah de regagner le pouvoir.

Le Hamas et le Fatah ont tous les deux utilisés la trève pour passer secrètement des armes de l'Egypte dans la Bande de Gaza.

Contrairement à ce que beaucoup attendait et ce qui s'est en partie produit, le Hamas n'a pas attaqué ou provoqué Israël dans une guerre pour lui faire endosser la responsabilité de la situation économique et sociale sans espoir en Palestine dû au fait de l'isolement du Hamas qui refuse de reconnaître en bonne et due forme l'Etat d'Israël. Le Hamas a par contre choisi d'attaquer son rival palestinien, le Fatah.

Le 14 juin 2007, selon le journal Haaretz, le troisième des quatre postes de sécurité clefs du Fatah dans la Bande de Gaza est tombé sous le contrôle du Hamas, qui s'est imposé par la force.

Selon un autre article de Haaretz, le Premier ministre israélien Ehoud Olmert a l'intention de convaincre le Président américain Bush de traiter la Bande de Gaza et la Cisjordanie comme deux entités séparées et d'interdire tout contact entre les deux.

Le Président palestinien Mahmoud Abbas n'a pas réussi à changer la situation en Palestine. Pourquoi s'est-il engagé dans un gouvernement d'unité nationale entre le Fatah et le Hamas? Il était évident qu'un tel gouvernement ne faisait sens que si le Hamas était prêt à accepter les principes énoncés par le Quartet international (UE, EU, NU et Russie).

Le 14 juin 2007, le Président Mahmoud Abbas a limogé son premier ministre et dissout le deuxième cabinet Haniyeh. Il a déclaré l'état d'urgence. Avant de former le gouvernement d'unité nationale, Abbas avait l'option d'appeler des élections anticipées. Il n'a pas transformé cette menace en réalité parce que le Fatah était loin de gagner les élections.

Le problème d'Abbas est que le Fatah est toujours la même organisation corrompue et inefficace qu'elle était depuis les temps de Yasser Arafat et qu'elle était en 2006, lorsque le Fatah a perdu les dernières élections palestiniennes.

Le fait que le Hamas est incapable de surmonter son isolement international, de se transformer d'un groupe extrémiste islamiste en un parti politique qui sait assurer la sécurité et la prospérité aux Palestiniens ne rend le Fatah pas nécessairement sensiblement plus attractifs aux électeurs dans la Bande de Gaza et en Cisjordanie.

La situation dans la Bande de Gaza ne s'est pas détériorée du jour au lendemain. Dans un article du 12 mai 2007, Avi Issacharoff a écrit dans Haaretz que, depuis plusieurs semaines, la Bande de Gaza brûle. Selon plusieurs sources, plus de 100,000 hommes armés se promenaient dans la Bande de Gaza, appartenant au Hamas, au Fatah, à toutes sortes de groupes et groupuscules politiques et de sécurité et, avant tout, à des clans. Selon Issacharoff, des organisations de type Al Qaeda - qui font passer les gens du Hamas pour des boys scouts - étaient en train de faire sauter des institutions et des gens liés à la culture occidentale. Mais l'Ouest ignorait tout cela. A cette époque, la situation de sécurité interne à la Bande de Gaza n'intéressait pas les médias occidentaux.

Qu'est-ce qui se passe avec la population civile dans la Bande de Gaza? Le seul passage de la frontière ouvert aux 1,4 millions de Palestiniens de Gaza est celui de Rafah vers l'Egypte. Pour ceux qui veulent échapper à la guerre civile entre le Hamas et le Fatah, la situation est donc désespérante. Ll'armée israélienne a détruit la centrale d'énergie la plus importante de Gaza, et par conséquent un armistice entre Palestiniens ne rétablirait pas une situation permettant la croissance économique.

Pour le moment, le Hamas s'est imposé dans la Bande de Gaza pendant que le Fatah contrôle largement la Cisjordanie.

Une division de la Palestine en micro-territoires, pourrait-elle améliorer la situation de la population locale? Probablement seulement pour ceux vivant par chance dans les territoires contrôlés par le Fatah. Etant donné que le Président Abbas jouit du soutien de la communauté internationale, notamment des EU et de l'UE.

Le calcul d'Ehoud Olmert est peut-être que des territoires sous le Fatah prospèreraient tandis que ceux sous le Hamas continueraient de sombrer dans la morosité, faisant changé de préférence politique la majorité des Palestiniens du Hamas vers le Fatah. Mais qui organiserait de futures élections dans les territoires sous domination du Hamas? Qui enverrait des soldats pour libérer les Palestiniens vivant sous le Hamas, qui ne céderait pas sa place sans combats? Les territoires du Hamas deviendraient encore plus une base de recrutement de terroristes qui sèmeraient la violence partout dans la région.





Deutsch Politik Geschichte Kunst Film Musik Lebensart Reisen
English Politics History Art Film Music Lifestyle Travel
Français Politique Histoire Arts Film Musique Artdevivre Voyages

Index  Advertise  Werbung  Links  Feedback
© Copyright www.cosmopolis.ch  Louis Gerber  All rights reserved.