Deutsch  Politik  Geschichte  Kunst  Film  Musik  Lebensart  Reisen 
English  Politics  History  Art  Film  Music  Lifestyle  Travel
Français  Politique  Histoire  Arts  Films  Musique  Art de vivre  Voyages

Index
 Advertise  Links  Feedback  Toutes les Bonnes Affaires chez Amazon.fr
© Copyright www.cosmopolis.ch  Louis Gerber  All rights reserved.

Google
 
Web www.cosmopolis.ch
Les troubles dans les banlieues en 2005
La France face aux immigrés oubliés

Article du 13 novembre 2005
 
Les sociologues ainsi que Les Inconnus l'ont dit il y a longtemps: "La banlieue c'est pas rose, la banlieue c'est morose." Cela se traduit par un taux de chômage largement au-dessus de la moyenne nationale parmi les immigrés, surtout des gens du Maghreb et de l'Afrique occidentale.

La jeunesse est particulièrement frappée par le chômage. Sans formation de qualité, dans un marché de travail trop rigide, les jeunes n'ont pas de perspective et plus rien à perdre. Ce qui s'en suit, c'est une délinquance (juvénile) élevée, qui rend certains quartiers pratiquement ingouvernable, hors la loi.

En ce sens, le Ministre de I'Intérieur, Nicolas Sarkozy, a raison: L'Etat français a bien trop longtemps toléré ces zones sans droits. La "racaille", elle existe bien sûr. Mais Sarkozy néglige dans ces discours les manquements de l'Etat.

Les immigrés étaient les bienvenus comme main-d'oeuvre bon marché, par exemple dans les usines de Citroën à Aulnay et de Renault à Flins. Mais ils n'ont pas été intégrés dans la société française. Les ressentiments de l'époque coloniale, puis la politique africaine de la France, hypocrite, paternaliste et contreproductive, depuis la décolonisation, ainsi que le racisme y jouent leur part.

Les immigrés ont été cantonnés dans des banlieues tristes, des immeubles anonymes, sans infrastructure adéquate, sans écoles qui ouvrent une perspective. Deux sociétés parallèles se sont développées. Cette ségrégation s'accentue depuis quelques années, car les couches de la société les plus élevées vivent de plus en plus entre elles. La mixité sociale, notamment à Paris, a régressé.

La crise française va bien au-delà du malaise des immigrés. Le chômage en France est le résultat d'une politique de l'emploi et de l'économie erronée. En une à deux générations, l'Irlande, - autrefois ensemble avec la Grèce et le Portugal - le parent pauvre de l'Europe - à démontré que des miracles économiques sont encore possible, même en Europe. Depuis quelques années, le produit national brut par habitant de l'Irlande a dépasse celui de la France et de l'Allemagne. Le taux de chômage en Irlande (et en Grande Bretagne) est nettement inférieur à celui des deux pays qui constituaient autrefois le moteur de l'Europe, mais qui exercent depuis quelques années un rôle de frein.

La France ainsi que l'Allemagne et l'Italie se trouvent sur une pente glissante. Il a fallu quarante ans avant que le bloc communiste en Europe ne s'effondre. A peu près parallèlement à la chute du mur de Berlin, non seulement les pays libérés du communisme, mais également la Chine, l'Inde et bien d'autres Etats se sont tournés vers l'économie de marché, avec des conséquences pour le marché internationale des biens et services dramatiques, qui affecteront l'Europe de plus en plus. Il faudra peut-être également 40 ans après la chute du mur, pour que l'Etat providentiel de l'Europe de l'Ouest s'effondre. Il est tant d'agir maintenant.

La France a une responsabilité bien lourde, car depuis Charles de Gaulle, puis sous le Ministre de l'Agriculture Jacques Chirac, qui continue cette politique en tant que Président, la politique agricole de l'Europe et dominée par des exigences françaises et dévore encore aujourd'hui à peu près la moitié du budget européen. Comme tout système planifié, ce système de subventions européennes, de quotas, de droits de douanes, etc. pour protéger l'Union européenne du marché agricole extra-communautaire, ne fonctionnera jamais. Le coût est exorbitant. L'UE est non seulement responsable d'une mauvaise allocation colossale des ressources, d'un coût surélevé des produits agricoles pour le consommateur, mais également d'une politique inadmissible à l'égard des pays en voie de développement. Car le tiers-monde a un avantage comparatif justement dans la production des produits agricoles (et textiles). Le monde développé a fort de réclamer le libre-échange quand ça l'arrange.

Quant a Monsieur Chirac, champion de l'Afrique, il est un des obstacles principaux à une politique agricole raisonnable, qui serait en plus équitable. En plus, il s'est fait élire sur le thème de la fracture sociale en 1995 et sur la sécurité en 2002. La situation dans les banlieues en France en novembre 2005 montre que ce n'étaient que des slogans de campagnes électorales.

Le premier tour des élections présidentielles de 2005 a fortement désavoué Chirac. Il n'a été réélu au deuxième tour que parce qu'il représentait un moindre mal face à Le Pen. Si Chirac avait le moindre sens des responsabilités et de dignité, il aurait mis son poste à disposition ou raccourci son mandat.

La mort accidentelle de deux jeunes le 27 octobre 2005 à Clichy-sous-Bois a déclenché une insurrection des jeunes immigrés dans les banlieues françaises. Une telle vague de révolte ne s'était plus produite depuis 1968.

Si la situation sociale et économique ne s'améliore pas dans les banlieues, la France risque bien pire, car beaucoup d'immigrés sont d'origine musulmane. Pour le moment, dans l'ensemble, ils ont encore bien résisté aux tentations de l'intégrisme et du terrorisme.

La gauche, notamment les syndicats, porte une lourde lourde responsabilité en ce qui concerne le malaise économique et sociale de la France. Espérons qu'ils contribueront pour leur part aux réformes. Pour le moment, ils ne sont qu'un obstacle, qui risque d'être éliminé à la dure, comme leurs homologues par Margaret Thatcher en Angleterre. Sans réformes profondes et durables, les banlieues françaises resteront moroses.



Ajouté le 19 novembre 2005:
Le Ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy a enfin, dans son discours prononcé a l'Assemblée Nationale le 15 novembre, attaqué le coeur du problème: La France a non seulement besoin de plus de sécurité à travers un renfort policier dans les banlieues, mais de réformes structurelles au niveau économique et social pour finir avec le malaise national et pour remédier aux erreurs commises par les gouvernements de gauche et de droite du passé.



Deutsch  Politik  Geschichte  Kunst  Film  Musik  Lebensart  Reisen 
English  Politics  History  Art  Film  Music  Lifestyle  Travel
Français  Politique  Histoire  Arts  Films  Musique  Art de vivre  Voyages

Index
 Advertise  Links  Feedback  Toutes les Bonnes Affaires chez Amazon.fr
© Copyright www.cosmopolis.ch  Louis Gerber  All rights reserved.

Google
 
Web www.cosmopolis.ch