Deutsch Politik Geschichte Kunst Film Musik Lebensart Reisen
English Politics History Art Film Music Lifestyle Travel
Français Politique Histoire Arts Film Musique Artdevivre Voyages

Index  Advertise  Werbung  Links  Feedback
© Copyright www.cosmopolis.ch  Louis Gerber  All rights reserved.

Le Hamas et le Fatah
La réconciliation fragile. Des élections législatives et présidentielles à l'horizon.
Article du 5 mai 2011
  
Le 27 avril et le 4 mai au Caire, le Hamas et le Fatah ont conclu et signé un accord au sujet de la formation d'un gouvernement de transition formé de personnalités indépendantes et d'élections législatives et présidentielles simultanées à organiser d'ici un an (texte complet en bas).

Le chef de la délégation du Fatah, Azzam al-Ahmad et
le numéro deux du bureau politique du Hamas, Moussa Abou Marzouk, ont négocié l'accord d'unité palestinienne sous les auspices du chef des services secrets égyptiens. L'Egypte semble ainsi regagner une importance parmi les musulmans au Moyen-Orient.

Le 4 mai 2011, l
e président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, et le premier ministre du gouvernement Hamas dans la bande de Gaza, Ismaïl Haniyeh, se sont réunis pour signer l'accord. C'était en réalité à des personnes subalternes de signer l'accord. En plus, Abbas et Haniyeh se sont disputés sur le choix de celui qui qui parlerait. Abbas, en tant que président de l'Autorité palestinienne, a tenu à être reconnu en tant que tel.

Avant la cérémonie de signature, Ismaïl Haniyeh s'est même dit prêt à démissionner pour permettre la réconciliation entre le Hamas et le Fatah. Le Hamas a fait des compromis car le document signé donne une position importante au président de l'Autorité palestinienne. Par le passé, le Hamas a refusé de reconnaître Abbas comme le président légitime.

En même temps, le fait que Haniyeh ait condamné l'assassinat de Ben Laden ne promet pas pour le futur d'une paix éventuelle avec Israël. En plus, Haniyeh et le Hamas ne veulent toujours pas reconnaître le droit d'existence de l'Etat d'Israël. Est-ce que leur position évoluera au cours du processus de réconciliation, comme l'a fait le Fatah par le passé? Ou au contraire, est-ce que le Fatah deviendra à nouveau plus radical et remettra en cause les progrès obtenus dans les relations avec Israël?

I
ntégrer l'aile militaire du Hamas dans les forces de sécurité palestiniennes sera un obstacle à la paix inter-palestinienne. En plus, il n'est pas exclu que le parti qui arrivera second aux élections législatives et/ou de l'élection présidentielle conteste la validité de l'accord d'unité et/ou des scrutins. Les contentieux difficiles entre le Fatah et le Hamas doivent encore être résolus.

Le compromis actuel est le fruit de chocs externes.
Ismaïl Haniyeh a été sous pression d'une bonne part de ces concitoyens qui, sous l'influence des manifestations et des révolutions dans le monde musulman, ont manifesté dans la bande de Gaza pour la réconciliation palestinienne. Le régime de Bachar el-Assad en Syrie risque de s'effondrer et/ou de perdre le reste de légitimité qu'il avait encore aux yeux de certains musulmans. Ainsi, une base de la puissance du Hamas risque de disparaître.

D'autre part, le président Mahmoud Abbas sait très bien que les élections présidentielles en Palestine sont en souffrance. Sans un accord avec le Hamas, il ne peut parler au nom de tous les Palestiniens et conclure un accord de paix avec Israël sans risquer de perdre la bande de Gaza définitivement, de morceler le petit territoire palestinien encore plus. Avec la chute du président égyptien Hosni Moubarak, Abbas avait perdu à son tour son soutien régional.

Le camp d'Abbas ainsi que le camp de Haniyeh ont donc tous les deux intérêt à trouver une solution et à rentrer dans la légalité.
Depuis la victoire surprise du Hamas lors des élections législatives de 2006 (48,3% pour le Hamas, 43,8% pour le Fatah), les relations entre le mouvement intégriste du Hamas et le parti séculaire du Fatah se sont détériorées. En 2007 déjà, le Hamas s'était emparé de la bande de Gaza par la force (
la guerre civile entre le Hamas et le Fatah).



 Klezmer sheet music

Un futur difficile

Selon le ministre des Affaires étrangère égyptien, Nabil al-Arbi, l'Egypte rouvrira bientôt complètement et définitivement le passage de Rafah qui relie la bande de Gaza à l'Egypte. Le gouvernement israélien est inquiet, car des armes et des terroristes pourraient transiter par ce passage. Quant aux Egyptiens, ils ne semblent pour le moment pas inquiets que des armes et des terroristes puissent également transiter dans leur sens.

Le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, récolte le fruit de sa politique qu'à moitié constructive. Avec les très raisonnables Abbas et Fayyad, les Israéliens auraient pu conclure un accord il y a longtemps. Développer le commerce et stimuler les échanges entre la Cisjordanie et Israël, était un pas important entrepris par Netanyahu. Comme prévu, la popularité du Hamas à Gaza a souffert face à la prospérité en Cisjordanie. Mais dans le cas du premier israélien, c'était la continuation de la politique d'obstruction à la Sharon, de renvoyer la création d'un Etat palestinien aux calendes grecques. D'amadouer les Palestiniens avec des bonbons économiques ne peut faire oublier le manque de progrès politiques.

Netanyahu a répondu à l'annonce de l'accord de réconciliation entre le Fatah et le Hamas que Mahmoud Abbas, le président de l'Autorité palestinienne, devra “choisir entre la paix avec Israël et la paix avec le Hamas”. Netanyahu, comme le gouvernement des Etats-Unis, a tout de suite signalé qu'un futur gouvernement palestinien devrait renoncer à la violence et reconnaître l'existence de l'Etat israélien, ce que le Hamas a toujours refusé de faire, notamment dans sa fameuse charte de 1988, un document antisémite.

Les gouvernements de Netanyahu et d'Obama ont raison de souligner qu'une entente avec des Palestiniens, qui n'ont toujours pas renoncer à l'objectif de la destruction de l'Etat d'Israël, n'est pas possible. Mais les Israéliens, avec leur politique colonisation - poursuivi par la gauche comme par la droite -, n'ont rien fait pour éliminer des obstacles à la paix non plus. Netanyahu, en formant une coalition avec Avigdor Lieberman et les partis ultra-orthodoxes, a clairement fait comprendre qu'il mettait ses ambitions personnelles au-dessus de la recherche d'une paix durable. Quant à Obama, en mettant d'abord la pression sur Netanyahu en demandant à juste titre un gel de la colonisation pour ensuite renverser sa position ne s'est pas distingué par sa cohérence. En plus, les Etats-Unis ont refusé de voter la résolution du Conseil de sécurité de l'Onu sure la question de la colonisation du territoire palestinien par Israël.

A part les révoltes et révolutions dans le monde musulman, un autre choc externe secoue Israël: le Brésil, l'Argentine, l'Uruguay,  l'Equateur et la Bolivie notamment sont depuis 2011 parmi les Etats ayant reconnu l'Etat palestinien. Abbas, qui se sent abandonné par l'administration Obama dans la question de la colonisation et donc dans le processus de paix, semble miser sur le reconnaissance de la Palestine par la communauté internationale. C'est pourquoi il tente de se réconcilier avec le Hamas, car la reconnaissance internationale doit reposer sur une Palestine qui possède sa propre voix.

Le temps passe vite pour
Mahmoud Abbas (*1935), qui a dit à plusieurs reprises qu'il ne se représenterait pas lors de la prochaine élection présidentielle. Parviendra-t-il à obtenir la réconciliation des Palestiniens séculaires et religieux? Son parti, le Fatah, reste un parti corrompu. Le Hamas prône toujours la destruction d'Israël. Il reste un an anvant les élections palestiniennes pour changer tout cela. Il est temps que de nouveaux partis crédibles soient fondés en Palestine.

La paix passe par la reconnaissance de l'Etat d'Israël ainsi que par l'établissement d'un Etat palestinien occupant la totalité des “territoires occupés” par Israël depuis 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale. La solution est connue de tous. Mais le chemin pour y parvenir semble toujours difficile.

Quant au chef d'orchestre Daniel Barenboim, il a organisé le 3 mai 2011 à Gaza un concert avec son Orchestre pour Gaza, formé spécialement pour cette occasion!




 Jewish sheet music

En bas le texte complet de l'accord entre le Fatah et le Hamas conclu et signé entre le 27 avril et le 4 mai 2011 au Caire  (texte en anglais): Full text of the Agreement between Fatah and Hamas, translated by Al Mubadara, the Palestinian National Initiative (Mustafa Barghouti).

This document is currently in the process of being signed by all of Palestine’s factions and parties.

Under the auspices of Egypt, delegations from the Fatah and Hamas movements met in Cairo on April 27, 2011 to discuss the issues concerning ending the political division and the achievement of national unity. On top of the issues were some reservations related to the Palestinian National Unity Accord made in 2009.

Both political parties mutually agreed that the basis of understanding made during the meeting are committing to both parties in the implementation of the Palestinian National Reconciliation Agreement. The basis of understanding agreed upon by Fatah and Hamas are as follows.

1. Elections

A. Election Committee:

Both Fatah and Hamas agree to identify the names of the members of the Central Election Commission in agreement with the Palestinian factions. This list will then be submitted to the Palestinian President who will issue a decree of the reformation of the committee.

B. Electoral Court:

Both Fatah and Hamas agree on the nomination of no more than twelve judges to be members of the Electoral Court. This list will then be submitted to the Palestinian President in order to take the necessary legal actions to form the Electoral Court in agreement with the Palestinian factions.

C. Timing of Elections:

The Legislative, Presidential, and the Palestinian National Council elections will be conducted at the same time exactly one year after the signing of the Palestinian National Reconciliation Agreement.

2. Palestine Liberation Organization

The political parties of both Fatah and Hamas agree that the tasks and decisions of the provisional interim leadership cannot be hindered or obstructed, but in a manner that is not conflicting with the authorities of the Executive Committee of the Palestine Liberation Organization.

3. Security

It was emphasized that the formation of the Higher Security Committee which will be formed by a decree of the Palestinian President and will consist of professional officers in consensus.

4. Government

A. Formation of the Government:

Both Fatah and Hamas agree to form a Palestinian government and to appoint the Prime Minister and Ministers in consensus between them.

B. Functions of the Government:

1. Preparation of necessary condition for the conduction of Presidential, Legislative and the Palestinian National Council elections.

2. Supervising and addressing the prevalent issues regarding the internal Palestinian reconciliation resulting from the state of division.

3. Follow-up of the reconstruction operations in the Gaza Strip and the efforts to end the siege and blockade that is imposed on it.

4. Continuation of the implementation of the provisions of the Palestinian National Accord.

5. To resolve the civil and administrative problems that resulted from the division.

6. Unification of the Palestinian National Authority institutions in the West Bank, Gaza Strip and Jerusalem.

7. To fix the status of the associations, Non-Governmental Organizations and charities.

5. Legislative Council:

Both Fatah and Hamas agree to reactivate the Palestinian Legislative Council in accordance to the Basic Law.

- Fatah
- Hamas
- Islamic Jihad
- Popular Front for the Liberation of Palestine
- Democratic Front for the Liberation of Palestine
- Palestinian People’s Party
- Palestinian Popular Struggle Front
- Palestinian Liberation Front
- Arab Liberation Front
- Popular Front for the Liberation of Palestine – General Command
- Baath Arab Socialist Party (al-Saika)
- Palestinian Arab Front
- Palestinian Democratic Union (FIDA)
- Popular Resistance Committees [observer status only]

Livres au sujet de la Palestine chez Amazon.fr







Deutsch Politik Geschichte Kunst Film Musik Lebensart Reisen
English Politics History Art Film Music Lifestyle Travel
Français Politique Histoire Arts Film Musique Artdevivre Voyages

Index  Advertise  Werbung  Links  Feedback
© Copyright www.cosmopolis.ch  Louis Gerber  All rights reserved.