Deutsch Politik Geschichte Kunst Film Musik Lebensart Reisen
English Politics History Art Film Music Lifestyle Travel
Français Politique Histoire Arts Film Musique Artdevivre Voyages

Index  Advertise  Werbung  Links  Feedback
© Copyright www.cosmopolis.ch  Louis Gerber  All rights reserved.

Obama sous pression
Article du 1er septembre 2010
  
Le Président des Etats-Unis, Barack Obama, n'est plus le chéri des médias et d'une grande partie du public américain. La crise économique avec un taux de chômage persistant entre neuf et dix pourcents rend les Américains plus critiques à l'égard du “messie”.

Personne ne pouvait sérieusement attendre des miracles d'une nouvelle administration avec en tête un président sans aucune expérience dans un poste exécutif, et tout cela dans une crise économique et financière profonde.

En Irak, Obama a misé sur la continuité, même personnelle, en laissant en place le Ministre de la défense de Bush, le capable Robert Gates. En août 2010, le président a finalement tenu sa promesse de retirer les forces combattantes de l'Irak. Il s'agit d'un retrait d'à peu près 90,000 soldats en 20 mois. Il reste tout de même quelques 50,000 soldats américains sur le territoire irakien. Mais bien pire, de nombreux attentats, avec des dizaines de morts, sont toujours commis régulièrement, laissant les Irakiens dans un état d'insécurité. En plus, les hommes politiques irakiens n'ont toujours pas su former une coalition gouvernementale quelques six mois après les élections parlementaires du 7 mars 2010.

En Afghanistan, le Président Obama a d'abord - à juste titre - attaqué la mauvaise gestion du pays de la part du Président Karzai et de son gouvernement. Le conteur Karzai, avec ses contes de fées au sujet des progrès concernant la démocratisation, l'alphabétisation, l'élargissement de l'Etat de droit et du combat contre la corruption en 'Afghanistan, ne peut plus tromper personne (ou presque). Le Président Obama (et avec lui le reste des leaders des démocraties occidentales) a accepté le truqueur d'élections Hamid Karzai comme ancien et nouveau président de l'Afghanistan. Avec un tel allié, l'Ouest n'a plus de crédibilité lorsqu'il critique des élections truquées en Iran ou en Birmanie.

La stratégie d'Obama en Afghanistan  reste un mystère: Amener des dizaines de milliers de troupes supplémentaires pour les retirer au bout d'une année ne fait pas de sens. L'effort militaire doit être soutenu à long terme et être accompagné par un effort économique et financier pour redresser le pays, améliorer ses infrastructures, son armée, sa police et ses écoles. Au moins une décennie sera nécessaire pour combattre l'analphabétisme qui se situe autour de 70% en Afghanistan. Le plan de redressement de la situation dans ce pays trouve, hélas, à ses débuts.



 Notes de musique / Sheet music of the Great American Songbook.

Au niveau de la politique intérieure, Barack Obama a montré plus qu'une mauvaise gestion, notamment dans la crise de la marée noire (pétrolière) dans le Golfe du Mexique. British Petroleum (BP) était connu pour prendre trop de risques pour s'enrichir. La compagnie a été coupable de centaines de violations de mesures de sécurité. Lorsque le Président Obama a renversé sa décision électorale de ne pas permettre l'exploration de pétrole en eaux profondes, il aurait dû s'assurer que BP a réellement amélioré sa sécurité. En plus, lorsque l'accident s'est produit sur la plateforme pétrolière Deepwater Horizon, l'administration n'a pas réagi de manière efficace. Obama s'est tu et est resté inactif pendant trop longtemps. Sous le gouvernement de George W. Bush, l'administration qui aurait dû surveiller le secteur pétrolier a été accusé de corruption, d'incompétence et de collusion avec l'industrie qu'elle aurait dû surveiller. Pourtant, Obama n'a pas fondamentalement nettoyer le Minerals Management Service. Puis, une fois l'accident survenu, Obama n'a pas vu d'autres solutions que celle d'interdire tout forage offshore dans le Golfe du Mexique, une décision peu sage qui met en cause tout un secteur économique qui - à part BP - n'a pas causé de dégâts majeurs. Le Minerals Management Service et d'autres agences de l'administration Obama étaient totalement inaptes à affronter la crise. Quant à Obama lui-même, il n'a pas passé ses vacances dans la région du Golfe du Mexique pour montrer sa solidarité, mais a préféré aller loin ailleurs et jouer au golf, ce qui a très mal passé auprès du public américain.

Déjà au tournant de 2009-2010, Obama avait montré peu de doigté en mettant en avant sa “réforme” du secteur de santé que la majorité des Américains ne jugeait pas vraiment une priorité face à la crise économique et financière qui frappait le pays durement. Obama a bien élargie la couverture du système de santé à quelques dizaines de millions d'Américains supplémentaires en prétendant que cela coûterait moins à la fin. Il a promis de réduire de quelques centaines de milliards de dollars le coût du programme de santé pour les personnes âgées (Medicare) pour ainsi financer la couverture des dizaines de millions d'Américains non-assurés par le passé, sans pour autant réduire les services rendus aux personnes âgées. Comment veut-il exactement accomplir ce miracle? Cela reste un mystère. Une explosion du coût du système de santé - déjà aujourd'hui le plus cher du monde - est certain. Plus de concurrence et de transparence chez les assurances-maladie, les entreprises pharmaceutiques, les hôpitaux, les médecins et les pharmacies auraient été nécessaires.

Le Président Obama a réussi un grand coup en obttenant une réforme du système de santé. Le prix à payer à long terme - les coûts supplémentaires ne surviendront qu'après la fin du premier mandat d'Obama - sera exorbitant. Cette réforme la plus importante depuis des décennies était politiquement nécessaire pour le président dans la mesure où un échec l'aurait rendu politiquement impuissant déjà après une année en poste (lame duck). Le fait qu'il ait passé cette réforme ne l'aidera pas, car les Américains ne sont pas si dupes que cela. Le budget américain - déjà massivement dans le rouge sous George W. Bush - a explosé encore plus. Les Etats-Unis ont abandonné toute rigueur fiscale. Un tel rythme d'endettement national ne peut être poursuivi pendant plus de deux à trois ans supplémentaires. Autrement, les Etats-Unis risquent le connaître le même sort que la Grèce qui doit payer des sommes exorbitantes pour servir sa dette. Les citoyens américains ont trop longtemps vécu à crédit. Maintenant, le même sort plane sur l'Etat américain.

Quant aux problèmes économiques, rien n'a été résolue. Les banques sont moins nombreuses, mais plus grandes qu'auparavant. Le secteur immobilier avec les géants Fannie Mae et Freddie Mac - qui contrôlent une bonne moitié des hypothèques - reste dans une morosité inquiétante. Le président avec son agenda largement social-démocrate freine le dynamisme économique et financier.

Quant aux promesses électorales telles que la fermeture de la prison de Guantánamo, elles restent pour la plupart ce qu'elle étaient, les promesses d'un candidat à la présidence. Le dilettantisme d'Obama est inquiétant. Le teleprompter-président ne convainc même plus avec ses beaux discours.

Pour revenir à la politique extérieure, le Président Obama n'a pas réussi à nouer de liens étroits avec ses alliés, notamment en ignorant quasiment l'Europe et ses leaders. S'il veut régler des problèmes au niveau international, il doit s'assurer de bons contacts avec ses partenaires. Il reste beaucoup à faire dans ce domaine!


En mai 2009, nous avions noté au sujet de la politique extérieure de Barack Obama, qu'un homme politique ne peut être jugé selon ses paroles, mais uniquement selon ses actes. Jusqu'à présent, Barack Obama a ajouté de nombreuses erreurs à son curriculum politique, mais il est encore trop tôt pour le juger de manière définitive. Bill Clinton avait tourné sa présidence uniquement après la défaite humiliante dans ses premiers
“mid-term” élections. Le Président Obama risque également de voir sa majorité parlementaire s'évaporer le 2 novembre 2010.  Le dernier sondage de Gallup (publié  le 30 août 2010) situe les Républicains à 51% et les Démocrates à 41% des intentions de vote aux élections parlementaires de novembre, le plus grand avantage des Républicains dans les annales de Gallup, qui remontent jusqu'en 1942. S'il ne se recentre pas politiquement dans la deuxième partie de sa présidence, le Président Obama risque de connaître le même sort que Jimmy Carter, qui s'est fait écarter du pouvoir après un seul mandat...





Deutsch Politik Geschichte Kunst Film Musik Lebensart Reisen
English Politics History Art Film Music Lifestyle Travel
Français Politique Histoire Arts Film Musique Artdevivre Voyages

Index  Advertise  Werbung  Links  Feedback
© Copyright www.cosmopolis.ch  Louis Gerber  All rights reserved.