Deutsch Politik Geschichte Kunst Film Musik Lebensart Reisen
English Politics History Art Film Music Lifestyle Travel
Français Politique Histoire Arts Film Musique Artdevivre Voyages

Index  Advertise  Werbung  Links  Feedback
© Copyright www.cosmopolis.ch  Louis Gerber  All rights reserved.

Démissions du gouvernement Berlusconi

Ajouté le 14 décembre 2010
Berlusconi a gagné le vote de confiance dans les deux chambres du parlement italien. Comme attendu, les sénateurs lui font toujours confiance: 162 oui, 135 non, 11 abstentions. Plus surprenant était le résultat dans la chambre basse (Camera), où Berlusconi avait perdu la majorité, mais a tout de même regagné la confiance: 314 parlementaires ont soutenu le gouvernement et seulement 311 députés ont soutenu la motion de censure contre Berlusconi. Pour plus de détails, cf. les articles en allemand: Chambre des députés et Sénat.


Article du 15 novembre 2010. Mise en ligne: 14:09  
Aujourd'hui, autour de 13:10, le ministre Andrea Ronchi, le vice-ministre Adolfo Urso et les secrétaires d'Etat Antonio Buonfiglio et Roberto Menia ont envoyé leurs lettres de démission aux secrétariats concernés. Ils ont ainsi quitté le gouvernement Berlusconi.

Tôt ou tard, le chef du gouvernement italien sera forcé de démissionner et de demander des élections anticipées, probablement après l'adoption (ou la non-adoption) du budget par le parlement prévue pour le 14 décembre.

Ces quatre
“finiani”, proche du chef du parti FLI, Gianfranco Fini, ont consommé la rupture avec le premier ministre et multimilliardaire Silvio Berlusconi.

Gianfranco Fini (*1952; FLI), Pier Ferdinando Casini (*1955; UDC) et Francesco Rutelli (*1954; API) se sont d'ailleurs rencontrés hier, le 14 novembre, pour discuter la création d'un parti ou d'une association politiques des forces modérées du centre de la politique italienne. Si l'on regarde les sondages actuels, ils auraient toutefois besoin du soutien d'une part importante de la gauche ou de la droite pour former un gouvernement.

Fini et Rutelli étaient des adversaires politiques à la fin de 1993. A cette époque, Rutelli s'était fait élire maire de Rome à la tête d'une coalition de centre-gauche, battant Fini au deuxième tour qui, lui, était à l'époque encore le leader du Movimento Sociale Italiano (MSI), le mouvement fasciste.

Aujourd'hui, Fini et Rutelli représentent le centre politique tandis que Berlusconi représente de plus en plus que soi-même et ses intérêts (ou plutôt: ses innombrables conflits d'intérêts).

Un nouveau chapitre de la saga
Fini et Berlusconi s'ouvre.

Ajouté le 15 novembre 2010 à 14:31: En détail, il s'agit du ministre aux Politiques européennes Andrea Ronchi, du vice-ministre au Développement économique Adolfo Urso et des secrétaires d'Etat à l'Agriculture Antonio Buonfiglio et à l'Environnement Roberto Menia. Giuseppe Maria Reina, le secrétaire d'Etat aux infrastructures et transports, qui appartient au petit parti (avant tout sicilien) MPA (Movimento per le Autonomie - Mouvement pour les autonomies), allié de M. Fini, a également démissionné. - Libri su Berlusconi con Amazon.it.



Deutsch Politik Geschichte Kunst Film Musik Lebensart Reisen
English Politics History Art Film Music Lifestyle Travel
Français Politique Histoire Arts Film Musique Artdevivre Voyages

Index  Advertise  Werbung  Links  Feedback
© Copyright www.cosmopolis.ch  Louis Gerber  All rights reserved.