Deutsch Politik Geschichte Kunst Film Musik Lebensart Reisen
English Politics History Art Film Music Lifestyle Travel
Français Politique Histoire Arts Film Musique Artdevivre Voyages

Index  Advertise  Werbung  Links  Feedback
© Copyright www.cosmopolis.ch  Louis Gerber  All rights reserved.

Hollande contre Sarkozy
Le président Sarkozy stagne dans les sondages
Article du 1er février 2012
  
Sarkozy stagne dans les sondages

L'élection présidentielle en France du 22 avril et 6 mai 2012 pourrait finir en débâcle pour le président sortant, qui stagne dans les sondages même après son intervention télévisée du 29 janvier.

Selon un sondage Ifop réalisé après l'entretien de
Sarkozy à la télévison, François Hollande arrive en tête du sondage avec 31% des intentions de vote devant Nicolas Sarkozy avec 24,5% (qui ne gagne que 0,5%), Marine Le Pen du Front National avec 19% (elle perd 1% par rapport au dernier sondage), François Bayrou du MoDem avec 11,5%, Jean-Luc Mélenchon du Front de gauche avec 7,5%, Eva Joly d'Europe Ecologie-Les Verts avec 3% et Dominique de Villepin avec un 1% et quelques autres candidats insignifiants.

Selon ce sondage Ifop,
François Hollande remporterait l'élection présidentielle au deuxième tour avec 58% contre 42% pour le président sortant, malgré le fait que 49% des téléspectateurs trouvaient l'intervention du président dimanche soir “convaincante” (dont 93% des sympathisants de l'UMP et 53% du MoDem).

Si l'on veut trouver de l'espoir dans le camp de Sarkozy, c'est le fait que les candidats de la droite rassemblent une majorité des électeurs français.

La droite est au pouvoir depuis une éternité politique. Jacques Chirac a été président de 1995 à 2007. Depuis, Nicolas Sarkozy assume la présidence. En plus, Sarkozy a été ministre dans les gouvernements UMP depuis 2002. Il a eu sa chance. Ses réformes ont été trop timides.

A la fin de son premier quinquennat, Nicolas Sarkozy veut augmenter la compétitivité de la France en transférant sur les consommateurs une partie des charges qui pèsent sur le travail. Cela arrive un peu tard. En plus, une augmentation de la TVA de 19,6% à 21,2% freinera probablement la consommation.

Le président sortant veut également promouvoir le
“made in France”, ce qui n'a rien à voir avec la libre concurrence. Où est donc sa compétence économique.

Dans ses constats, il se trompait parfois. Contrairement à son affirmation à la télé, le poids de l'industrie dans le PIB du Royaume-Uni est légèrement supérieur à celui en France. Plus grave est son zigzag politique:
Au début de son mandat présidentiel, Sarkozy a baissé les impôts sur les fortunes financières élevées, maintenant il veut les augmenter. Cela n'augmente pas sa crédibilité.

Il faudrait en effet faire baisser les charges qui pèsent sur le travail ainsi que certains impôts. En même temps, pour financer ses mesures, il faudrait éliminer toutes les niches fiscales pour les contribuables et les entreprises ainsi que toutes les subventions, y compris celles pour l'agriculture qui dévorent toujours presque la moitié du budget de l'UE. La bureaucratie française et européenne seraient à réduire.

Est-il courageux d'introduire une taxe de 0,1% sure les transactions financières ou juste une bêtise économique si la France finit par faire cavalier seul? Le temps nous dira qui a raison. Par contre, augmenter la flexibilité du travail en “tournant la page des 35 heures” est sûrement sensé car cela augmentera la compétitivité de la France.

La revalorisation de l'apprentissage comme en Allemagne ou en Suisse constitue un pas dans la bonne direction. Sarkozy entend proposer une loi pour imposer aux entreprises avec au moins 250 salariés d'embaucher 5% de jeunes en apprentissage.

La création d'une banque de l'industrie par contre est une mesure plutôt socialiste. La France n'a pas besoin d'une autre banque étatique. Par contre augmenter la possibilité de construire des logements est une mesure qui respecte les lois du marché. Cela augmentera l'offre ce qui fera baisser les prix de l'immobilier ou au moins freinera la hausse des prix. A juste titre, Sarkozy a jugé que le retour à une retraite à 60 ans serait “une folie”.

En concluant, le président sortant a estimé que “la crise financière s'apaise”. On verra. Les problèmes de la Grèce et du Portugal sont loin d'être résolus. Mario Monti entreprend des pas dans la bonne direction en Italie, mais beaucoup reste encore à faire, notamment la libéralisation du marché de travail. L'Italie aura besoin d'une décennie pour s'assainir.

Le programme d'Hollande ne convainc non plus


François Hollande a eu le courage de présenter un programme présidentiel en 60 points. Nicolas Sarkozy a évidemment attendu ce moment pour contre-attaquer. Il préconise “le redressement” qu'il juge “indispensable”, mais qui “ne sera possible que dans la justice.”

A juste titre,
François Hollande s'attaque aux niches fiscales. Mais les exceptions ne touchent pas seulement les entreprises (où il voit €17,3 milliards de recettes) et les ménages les plus fortunés (€11,8 milliards). Il ne met ne plus en cause l'Etat providence.

Il ne s'attaque pas aux subsides pour les agriculteurs. Au contraire, il promet de défendre
“un budget européen ambitieux pour l'avenir de l'agriculture”. Par contre, il a raison de vouloir “rééquilibrer les rapports de force au sein des filières face à la grande distribution”. Mais au lieu de vouloir briser l'oligopole de la grande distribution et de renforcer le marché, il promet: “J'assurerai la protection de notre économie maritime et redonnerai à la pêche les moyens de sa modernisation.”

François Hollande espère pouvoir redonner un équilibre aux comptes de l'Etat pour 2017 et réduire le déficit public à 3% du PIB (critère de Maastricht) d'ici 2013 déjà.

Une bonne mesure est la séparation des banques de dépôt et d'investissement. Il oublie de dire qu'il faudrait en règle générale réduire la taille des banques pour ainsi créer plus de compétiteurs dans le secteur bancaire et pour éviter la problématique du “too-big-to-fail.”

François Hollande veut comme Nicolas Sarkozy l'introduction d'une taxe sur les transactions financières. En plus, il demandera aux banques françaises de cesser toute opération avec les paradis fiscaux et propose l'interdiction de produits financiers sans utilité, sans lien avec l'économie réelle.

L'idée du candidat socialiste d'introduire une “nouvelle tranche d'impôt de 45% pour les revenus supérieurs à 150.000” serait contre-productive. Il prône en plus l'équivalence entre imposition des revenus de capital et revenu de travail. Il veut un impôt sure la fortune des plus gros patrimoines.

François Hollande promet de créer 60.000 postes dans l'éducation en cinq ans pour l'éducation nationale ainsi que 150.000 emplois d'avenir pour les jeunes
.” Au lieu de renforcer le marché, il prône la création de logements sociaux. Au sujet de la retraite, il veut de nouveau la retraite à 60 ans pour les personnes ayant côtisé toutes leurs annuités.

Les promesses électorales du candidat socialiste s'attaquent avant tout à la finance et aux riches. Il donne la priorité aux PME. Il veut
“réorienter la construction européenne”, en proposant “un pacte de responsabilité, de gouvernance et de croissance pour sortir de la crise et de la spiracle d'austérité qui l'aggrave.” Il veut l'introduction d'Eurobonds, que l'Allemagne combat à juste titre de toutes ses forces tant que les économies européennes ne seront pas sur un même niveau de compétitivité et de stabilité financière. Dans un espace monétaire unique, des taux d'intérêt divergents sont le dernier moyen de discipline.

Le duel Hollande contre Sarkozy montre les faiblesses du paysage politique et des électeurs en France. Seulement une crise plus grave encore pourra amener des réformes structurelles profondes. Pour le moment, les Français contribuent au déclin relatif de l'Europe par rapport aux économies émergentes qui, eux, seront confrontées à d'autres problèmes elles aussi, mais cette une faible consolation. Quel choix! Heureusement, je ne suis pas un électeur français.








Deutsch Politik Geschichte Kunst Film Musik Lebensart Reisen
English Politics History Art Film Music Lifestyle Travel
Français Politique Histoire Arts Film Musique Artdevivre Voyages

Index  Advertise  Werbung  Links  Feedback
© Copyright www.cosmopolis.ch  Louis Gerber  All rights reserved.