Deutsch Politik Geschichte Kunst Film Musik Lebensart Reisen
English Politics History Art Film Music Lifestyle Travel
Français Politique Histoire Arts Film Musique Artdevivre Voyages

Index  Advertise  Werbung  Links  Feedback
© Copyright www.cosmopolis.ch  Louis Gerber  All rights reserved.

Hollande et Sarkozy au deuxième tour
Une élection présidentielle sans surprises - Hollande le grand favori

Ajouté le 23 avril 2012 à 14:28
Le résultat officiel du premier tour de l'élection présidentielle 2012: François Hollande 28,63%, Nicolas Sarkozy 27,18%, Marine Le Pen 17,90%, Jean-Luc Mélenchon 11,11%, François Bayrou 9,13%, Eva Joly 2,31%. Les autres 4 candidats n'ont pas dépassé les 2%.

Article du 22 avril 2012 ajouté à 19:09  
Les 45 millions d'électeurs français l'ont décidé comme prévu par les sondages, Hollande et Sarkozy sont au deuxième tour. Ce n'est également pas une surprise que le challenger socialiste devance le président sortant avec 28 à 29% contre 25 à 26% (selon les estimations de 19 heures). Les trois places suivantes sont occupées par la candidate de l'extrême droite, Marine Le Pen, avec 17%, le populiste de gauche, Jean-Luc Mélenchon avec 12%, et le petit chef qui se croit un grand, François Bayrou, avec 10%. Selon l'institut CSA, le taux de participation devrait atteindre 80%.

A un certain moment, vers la fin de la campagne présidentielle, Nicolas Sarkozy semblait pouvoir rattraper son retard sur François Hollande. Mais le vent a tourné. Non seulement la première fois depuis leur séparation, Ségolène Royal soutient ouvertement son ex-compagnon. Parmi la multitude de petits développements, signalons que l'ancien président Jacques Chirac ainsi que les anciens ministres et secrétaires d'Etat de l'ouverture du Président Sarkozy, Jean-Jacques Aillagon (culture), Fadela Amara (Politique de la Ville), Azouz Begag (Promotion de l'égalité des chances) et Martin Hirsch (Haut-commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté), se sont ouvertement déclarés en faveur de François Hollande qui, lui, s'est distingué par son idée lumineuse d'un taux de taxation maximale de 75% pour les riches, ce qui ne lui fait pourtant pas trop de mal dans l'appréciation des Français. S'il met en œuvre ce plan, le déclin de la France sera assuré.

Ni Hollande ni Sarkozy convainquent. Le président sortant occupe de hautes fonctions depuis une décennie, pendant laquelle la droite a gouverné sans pouvoir remettre la France sur les rails de la croissance. Son culot de
se présenter comme une nouvelle force en 2007 ne fut pas une stratégie qui a marché en 2012. Il fut le seul candidat à éventuellement offrir un changement crédible en 2007, mais le président de 2007 n'a pas su mettre en marche le changement promis. Malgré le fait que Nicolas Sarkozy a su rassembler des anciens critiques tels que le populaire Jean-Louis Borloo, les sondages le donnent toujours largement perdant au deuxième tour.

Malgré ses vieilles idées socialistes, François Hollande ne semble pas faire peur aux Français. Le médiocre et terne Premier secrétaire du Parti socialiste de 1997 à 2008, a présenté en janvier 2012 “60 engagements pour la France
”. Dans le préambule de ce texte, qui s'appelle “Le Changement c'est maintenant”, il écrit que “le redressement est indispensable”. Juste pour énumérer par la suite ce qu'il ne veut pas changer: “Fiscalité, éducation, logement, santé, accès à l'énergie, sécurité, services publics, nouveaux droits, culture: l'âme de la France, c'est l'égalité.”

La France souffre d'une dette publique de 86% du PIB, ce qui coûtera les contribuables français quelques €45 milliards en 2012, d'un taux de chômage de 10%, d'une croissance modeste de 0,5% prévue pour 2012 ainsi que d'un déficit budgétaire de 4,5% estimé pour 2012. Ce bilan accablant fait que Nicolas Sarkozy et son gouvernement de droite n'ont plus le soutien de la majorité des Français. En même temps, ces chiffres doivent faire réfléchir le probable futur président, François Hollande. Ces recettes socialistes ne feront qu'aggraver la situation.

L'Hexagone a déjà perdu son rating triple A, que Nicolas Sarkozy voulait défendre à tout prix pour se présenter à la hauteur de l'Allemagne, une raison de plus pour laquelle le président inconstant et erratique ne sera très probablement pas réélu. Sa réforme des retraites était trop peu ambitieuse (62 ans), seulement sa réforme de l'Université gagne le soutien d'une majorité.

Le populiste de gauche, Jean-Luc Mélenchon, la grande surprise de cette campagne présidentielle, a fait le jeu de François Hollande. Il est arrivé à limiter les gains possibles pour Marine Le Pen; les extrêmes se touchent. En plus, François Hollande n'aura qu'à traiter avec un homme fort à gauche, non pas avec de multiples parties. Est-ce que Mélenchon arrivera à obtenir des concessions importantes du futur président? Si les 75% de taxes maximales - qui viennent en plus du programme de François Hollande! - sont appliqués, bonjour les dégâts! Mélenchon exige, entre autres, l'augmentation du SMIC à 1700 Euros. Pourquoi pas une Ferrari pour chacun des membres du Front de Gauche? Il est nettement plus irréaliste que son modèle allemand, le parti Die Linke.

Maintenant déjà, la France est très loin de pouvoir satisfaire les critères de Maastricht. Elle souffre en plus d'un déficit primaire, c'est-à-dire que le pays est déjà dans les chiffres rouges avant même de servir les intérêts de la dette. François Hollande veut augmenter les taxes pour financer encore plus de dépenses publiques dans un pays dans lequel les dépenses de l'Etat par rapport au PIB arrivent aujourd'hui déjà au chiffre vertigineux de 57%. Le niveau de taxation pèse sur la croissance. La bureaucratie asphyxie l'économie. Le marché de travail est inflexible. La France aurait besoin de recettes libérales. Chaque année, je croise de plus en plus de Français à Londres. Il y aura encore plus d'exilés après l'élection présidentielle! Les éléments dynamiques de la société prennent la fuite. Dans cette situation morose et incertaine, François Hollande veut renégocier le pacte européen de discipline budgétaire de la zone euro. Cela fait beaucoup de projets irréalistes proposé par la gauche française.

Confronté au choix entre deux candidats très imparfaits, les Français préfèrent celui qui n'a jamais exercé un pouvoir exécutif à celui qui les énerve. La volonté de se débarrasser de Nicolas Sarkozy est plus forte que la peur de François Hollande. Selon l'institut de sondage CSA, il reste cependant un nombre constant et inhabituel de 38% d'indécis qui pourraient rester à la maison ou faire pencher la balance d'un côté ou de l'autre. Le vainqueur de l'élection présidentielle 2012 sera de toute façon rapidement rattrapé par la réalité.

Des livres au sujet de ou par François Hollande chez Amazon.fr.







Deutsch Politik Geschichte Kunst Film Musik Lebensart Reisen
English Politics History Art Film Music Lifestyle Travel
Français Politique Histoire Arts Film Musique Artdevivre Voyages

Index  Advertise  Werbung  Links  Feedback
© Copyright www.cosmopolis.ch  Louis Gerber  All rights reserved.